Au cours de mes vacances estivales mes pérégrinations de lecteur m’ont conduit vers un pays dont je l’avoue ma curiosité de lecteur ne m’avait jusqu’ici jamais mené. Il est d’une évidence implacable que le pays ayant enfanté des écrivains de talent comme Théo Ananissoh, Kossi Efoui ou Sami Tchak reste à coup sûr une escale inratable dans une expédition littéraire en Afrique francophone voire en Afrique tout court. Mais au fond, à bien y réfléchir, n’est-ce pas là exactement l’objectif que nous nous sommes assigné, découvrir et faire découvrir l’Afrique à travers ses lettres. Eh bien cap pour Lomé ou mieux pour la ville imaginaire de Ti-Brava au .

Quand on a entre ses mains le dernier roman de , on est indubitablement interpellé par la couverture. A sa vue on est à cours d’imaginations. Quelles sont les clés nous permettant de décrypter le regard à la fois fuyant et perçant du monsieur sur la page de couverture. Cette photo de couverture prête à n’en point douter le flanc à moult conjectures. Entre autres dans nos hypothèses il y a la propension à céder à la tentation de l’associer à la narration des péripéties caustiques d’un escroc à la petite semaine sorti tout droit de l’antre périurbain de l’une multiples cités africaines où la survie quotidienne est le parfait alibi utilisé par tout margoulin aux abois. C’est vrai l’évocation de l’assassinat dans le titre freinera nos ardeurs devant l’aspect chétif et valétudinaire, un tantinet sympathique du personnage en photo. On se dirait, on y est ! Nous voilà servis d’un exercice littéraire qui consisterait à démêler les écheveaux des aspérités de l’intrigue, véritable polar à la sauce tropicale.

Nous n’en sommes pas trop éloignés le roman s’orientant par moments vers le genre policier. Je ne pourrais bien entendu pas me dédouaner de l’exercice ô combien fastidieux eu égard au style unique de Kangni Alem, de faire un résumé de ce .

____________________________________________________________________

Né à Lomé en 1966, Kangni Alem est titulaire en 1990 d’une licence de Lettres modernes obtenue à l’Université du Bénin (actuelle Université de Lomé). Il décroche la même année un diplôme de didactique du français à l’institut National des Sciences de l’éducation ainsi qu’une Licence en Communication et études Théâtrales. Poursuivant ses études en France, il obtient en 1999 un doctorat de littératures française, francophones et comparée à l’Université Bordeaux III avec la mention très honorable avec félicitations du jury. En 2003, il a reçu le Grand prix littéraire d’Afrique noire, pour son , Cola Cola jazz. Il est aussi Diplomate et Homme politique. Site personnel de l’écrivain Kangni Alem: http://www.kangnialem.com/ 

(Source Wikipedia)

_____________________________________________________________________

Mais avant j’aimerais dire quelques mots sur la plume de Kangni Alem. C’est en effet un style d’une profondeur et d’une beauté envoûtante. On pourrait facilement faire le reproche à Kangni Alem de nous asséner avec une syntaxe paraissant confuse caractérisée par le recours à des formules empathiques. De grâce ne vous laissez pas dissuader par cette spécificité syntaxique obéissant à la plume traditionnelle de l’. En vous arrêtant en cours de chemin, vous auriez loupé l’occasion de vous embarquer dans les méandres d’une intrigue surfant sur plusieurs thèmes : la justice et son application, le rapport qu’entretiennent les populations dans les sociétés africaines avec cette justice mais surtout la mise en exergue d’une relation somme toute nouvelle dans nos sociétés africaines, mais perceptible de manière recrudescente et exponentielle dans la majorité d’entre elles, il s’agit de la frontière devenue très mince entre le politique et le religieux. Et cette intrigue alors, parlons-en.

On se trouve encore empêtré dans la syntaxe difficilement cernable que déjà il faut se retrouver dans dès le début du livre dans l’embrouillamini de l’anthroponymie des personnages, en l’occurrence le nom du personnage central, cité ici par les initiales K.A. qu’on pourrait associer au nom de l’auteur Kangni Alem.

Je m’appelle Apollinaire, j’ai soixante-dix ans, un diabète, du cholestérol et je fais de l’hypertension. Ce tableau clinique généreux pourrait surprendre, si je ne m’empressais d’ajouter qu’il ne m’empêche pas aussi de m’offrir, de temps à autre, quelques plaisirs, ceux- là même qu’un vieillard sous les tropiques ne se refuse pas, même avec un risque d’AVC suspendu au-dessus de sa tête. 

Dès l’entame du roman le décor est planté, le narrateur en la personne d’Apollinaire, s’exprimant ici à la première personne du singulier, est un avocat, à la santé fragile qui à l’approche de sa retraite décide de ressasser le souvenir des affaires qui ont fait le succès de sa carrière et de passer au crible celles pour lesquelles il n’a pas eu gain de cause. L’homme à la santé chancelante retrace par le même coup, le parcours de sa vie tant sur le plan familial que sur le plan professionnel.

Ténor du barreau ayant aligné au cours de sa longue carrière de nombreuses victoires judiciaires à l’exception d’une particulièrement, une affaire qui remonte au tout début de sa carrière et dont le souvenir trente-quatre ans après, avec le recul et une longue pratique du métier d’avocat achèvent de le convaincre de l’existence de nombreuses incohérences liées à cette affaire et qui font remonter en surface, 34 ans après un ensemble de zones d’ombre que le vieil avocat se prédestine à élucider. La narration s’appuie sur un double plan temporel avec en commun un seul et même espace, TiBrava. L’avocat Apollinaire est confronté aux questionnements de ses souvenirs en 2012, le 21 avril et l’affaire ainsi que les faits faisant l’objet de ses questionnements remontent à 1978. En cette année-là, en effet, le jeune Apollinaire est un jeune avocat qui embrasse à peine cette profession après de brillantes études de Droit. Il sera choisi comme avocat commis d’office pour défendre K.A., Koffi Adjata.

Il convient ici, de prime abord, de mentionner que pour ce qui est de cette affaire, la fiction se rapproche de la réalité car les archives judiciaires togolaises nous informent en effet qu’en 1969, une des figures les plus en vue aujourd’hui du paysage politique togolais, Me Yaovi Agboyibo, connu surtout pour s’être vivement et courageusement opposé à Gnassingbé Eyadema l’ex président dictateur, à cet avocat, disais-je avait été confiée une affaire au moment de son entrée au Barreau en 1969 : il devait défendre en sa qualité d’avocat commis d’office dans le dossier Adjata Koffi, un individu dont l’équilibre mental était sujet à caution, qui sera condamné à la peine capitale par un tribunal spécial dit Tribunal des crimes flagrants de sang. Le lendemain de la condamnation, Me Agboyibo est en train de rédiger son acte d’introduction de recours en grâce quand il apprend à midi à la radio que son client a été exécuté la veille à la suite du rejet de son recours en grâce qu’il aurait dûment introduit.

Voilà succinctement ce que la conscience collective togolaise a connu de cette scabreuse affaire, sa fictionnalisation est tout autant digne d’intérêt. Dans le roman, K.A. est accusé d’avoir tué dans le but d’obtenir le crâne dont il avait urgemment besoin pour l’enterrer exactement  à l’endroit où il érigera le temple dont il se prétendait le prophète. Devant la célérité du bouclage du procès, l’avocat Apollinaire en tentant de démêler les écheveaux de cette scabreuse affaire nous promènent dans l’univers magico religieux des personnages qui ont gravité autour de Koffi Adjata. On y retrouve Joseph Bannerman occupant des hautes fonctions dans l’appareil de l’Etat, qui connait Apollinaire depuis l’université et dont l’épouse Rose n’a jamais laissé Apollinaire indifférent. Une autre figure capte notre attention, c’est celle du révérend Gail Hightower, pasteur évangélique rendu célèbre par des prêches dans les émissions à la télévision.

En essayant de comprendre ce qui lui a échappé à l’époque des faits, une époque où, il faut le rappeler, l’intrusion du politique dans le judiciaire ne permettait pas toujours la mise sur pied des saines conditions d’une instruction et d’un procès sereins, Apollinaire fera le procès de sa société, il rentrera dans la psychologie de ses habitants, en prise à des mythes et à des croyances rendant perméables toutes sortes de rumeurs et de discours absurdes, il présentera l’impact de la tradition, la force coercitive de la rumeur, l’impuissance des victimes livrées à l’irrédentisme des discours religieux. Apollinaire à la quête de la vérité essaie de trouver des explications au crime, de comprendre les raisons de l’acte criminel, de situer les responsabilités proches ou éloignées. A la fin du roman devant la complexité du crime, le lecteur se retrouve lui-même au centre de multiples questionnements devant meubler son intime conviction sur l’acte posé, le lecteur se retrouve embarqué son corps défendant dans un réquisitoire où seront incriminé un nombre bien plus important d’acteurs qu’on ne le croyait. Ce curieux sentiment de perplexité, d’inachevé, de nécessité impérieuse d’un prolongement de la réflexion ont achevé de me convaincre de la beauté de ce roman.

Je vous souhaite une agréable lecture! 

 

Editions JC Lattes, première parution en mars 2015
Copyright Photo Kangni Alem / Marie Marques

Lettres méridionales acte I: “Graceland” de Chris Abani
Lettres méridionales acte II: Bronx Barbès 
Lettres méridionales acte III: Les “Maquisards de Hemley Boum

 

Recevez l'InfoLivresque

Toute l'actualité littéraire africaine du net directement dans votre boîte mail

Pas de spams. Vos informations restent confidentielles.

Donnez-nous votre opinion sur ce sujet

Laisser un commentaire