Le président zimbabwéen lance la première édition de la série « Africa Factbook »

par Acèle Nadale
246 Vues Offrir un verre à Afrolivresque
Africa FactBook

Décrit par le président sud-africain Cyril Ramaphosa comme la juste réponse à plus de 600 ans de silence, l’Africa FactBook affiche clairement son ambition principale : celle de redonner, ou plutôt de donner enfin une voix au continent Africain longtemps muselé. Le président zimbabwéen Emmerson Mnangagwa, dont le pays a parrainé la production de la première édition du livre, a lancé le 9 septembre dernier l’Africa Fact Book dans la capitale Harare. Sans remettre en cause le but de cette initiative intellectuelle qui est louable, il est intéressant d’en étudier les enjeux. 

Qu’est-ce que l’Africa FactBook?

Initialement appelé “Book of African Records”(BAR), le projet African FactBook est « guidé par la vision panafricaine de l’UA sur l’agenda 2063, et par la volonté de renforcer l’identité culturelle, le patrimoine commun, les valeurs et l’éthique de l’Afrique« . Dixit le rapport du comité technique spécialisé de l’UA sur la communication et les technologies de l’information. C’était il y a presque 3 ans, lors d’une assemblée qui s’est tenue du 20 au 24 novembre 2017 à Addis-Abeba. Il s’agit donc d’un outil de communication dont la visée principale est la diffusion d’une information juste sur des faits d’actualité et historiques. Faits qui se déroulent en Afrique et sont relayés par des africains. 

Le livre Africa factBook doit paraître tous les ans à partir de cette année 2020. Il est destiné à devenir un outil éducatif régional qui valorise les connaissances et la fierté des Africains. Il contient 803 pages et a été compilé et publié par l’Institute of African Knowledge, avec le soutien du bureau du président zimbabwéen et de son cabinet, du conseil de la recherche du Zimbabwe, de six ministères, du secteur privé et celui des organisations régionales et internationales. 

Quels sont les enjeux de cette initiative ?

« Le drame de l’Afrique, c’est que l’Homme africain n’est pas assez entré dans l’Histoire. » L’on se souvient avec amertume pour certains et colère pour d’autres ces mots prononcés par Nicolas Sarkozy en 2007 à Dakar, alors président de la France. À la lecture de ce passage, l’on comprend mieux la réflexion du président sud africain.

Une histoire racontée par l’oppresseur, souvent maquillée, voire dénaturée, a-t-elle une quelconque valeur ? Telle est la question qui sous-tend avec justesse cette initiative de l’Union Africaine. Elle vient rappeler l’importance de la communication dans la construction d’un patrimoine historique et culturel commun. Les enjeux sont énormes dans la mesure où il est question de modifier la perception du continent et de ses habitants sur le long terme. L’Africa FactBook serait en fait le moyen non pas de rectifier l’Histoire, mais de la raconter à notre manière. 

L’Africa FactBook permettra-t-il à l’Afrique de parler enfin d’une seule voix ? C’est la question à plusieurs millions de CFA ou de Nairas. Le projet Africa FactBook réussira-t-il à unifier les pays africains qui peinent à s’exprimer d’une seule voix depuis les indépendances ? L’on est tout à fait en droit de se poser la question et également d’espérer que ce soit le cas.

Bissap, tisane ou café ?

Soutenez Afrolivresque

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site web.

Vous pourriez aussi aimer

À propos

Afrolivresque LogoL’Afrique au creux des lettres

 

Liens utiles

Newsletter