Une œuvre de l’artiste nigérian Tosin Olusegun Kalejaye choisie pour la couverture de « Béatrice et Croc Harry » de Lawrence Hill

par Acèle Nadale
1 Vues Offrir un verre à Afrolivresque
Une œuvre de l'artiste nigérian Tosin Kalejaye choisie pour la couverture de Béatrice et Croc Harry de Lawrence Hill

Il y a quelques jours, l’éditeur Mémoire d’encrier dévoilait la couverture de la version francophone du livre Beatrice and Croc Harry de l’auteur à succès Lawrence Hill. Sur cette couverture, l’on découvre l’œuvre “New King IV” de l’artiste nigérian Tosin Olusegun Kalejaye créée en 2022.

 

Tosin Olusegun Kalejaye

Tosin Olusegun Kalejaye est un artiste visuel contemporain autodidacte originaire d’Abuja, au Nigeria. Dès son enfance, Kalejaye a montré un vif intérêt pour le dessin de portraits, ce qui a jeté les bases de sa carrière artistique.

Kalejaye utilise son art comme un moyen de communiquer ses idées et ses impressions sur la société moderne et l’expérience quotidienne des Noirs. Son style artistique, profondément enraciné dans le récit, la représentation, l’identité et la documentation historique, vise à susciter des émotions chez ses spectateurs.

Ses œuvres sont principalement réalisées au charbon de bois, à l’acrylique, à l’huile sur toile et sur papier d’archives.

Kalejaye a commencé à exposer ses œuvres dans des galeries et des événements artistiques locaux au Nigéria. Son travail a rapidement gagné en reconnaissance et il a participé à de nombreuses expositions individuelles et collectives, tant au Nigéria qu’à l’international.

La maison d’édition montréalaise Mémoire d’encrier publiera Béatrice et Croc Harry le 6 mai au Québec, et le 4 octobre en Europe.

Béatrice et Croc Harry de Lawrence Hill

4ème de couverture

La jeune Béatrice se réveille seule dans la forêt. Elle ne connaît pas son nom et ne sait pas qu’elle est noire. Dans sa quête d’identité, de justice et de guérison, elle aura pour compagnon l’allié le plus improbable : l’immense crocodile royal à la langue bien pendue, Croc Harry. Pourra-t-il l’aider à retrouver son identité ?

Le roman explore des thèmes d’identité, de courage face à l’injustice, et de la possibilité pour les victimes et les auteurs d’injustice de se retrouver dans un endroit de guérison et de respect mutuel, le tout avec un ton ludique et humoristique.

La version en français est traduite par Stanley Péant.

Lawrence Hill est l’auteur de onze livres acclamés par la critique. Son roman Aminata (The Book of Negroes) est un best-seller international. Fils d’immigrants américains, d’un père noir et d’une mère blanche, Hill aborde dans ses livres les questions d’identité, de justice et d’appartenance. 

Il a vécu et travaillé dans divers pays, dont l’Espagne, la France, le Niger, le Cameroun et le Mali. Professeur à l’Université de Guelph, Lawrence Hill vit entre Hamilton (Ontario) et Woody Point (Terre-Neuve).

 

Bissap, tisane ou café ?

Soutenez Afrolivresque

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site web.

Vous pourriez aussi aimer

À propos

Afrolivresque LogoL’Afrique au creux des lettres

 

Liens utiles

Newsletter