Burna Boy Rend Hommage à Ama Ata Aidoo dans « Monsters You Made »

Quand les paroles d'une chanson rencontrent la puissance d'une plume littéraire

par Acèle Nadale
188 Vues
Burna Boy Rend Hommage à Ama Ata Aidoo dans « Monsters You Made » - Photos © Burna Boy Burak ÇıngıRedferns - Ama Ata Aidoo AFP Pius Utomi Ekpei -

La musique et la littérature, deux formes d’art distinctes. Elles se fondent harmonieusement dans Monsters You Made, une chanson dans laquelle Burna Boy, l’icône de la musique nigériane, rend hommage à Ama Ata Aidoo, la voix légendaire de la littérature ghanéenne et africaine. Ce mélange artistique inattendu offre une fenêtre sur la manière dont différents thèmes de société peuvent résonner à travers différentes formes d’expression culturelle.

L’Héritage d’Ama Ata Aidoo dans la Musique de Burna Boy

Dans son morceau Monsters You Made, Burna Boy a habilement incorporé un passage d’une interview de 1987 de l’illustre écrivaine ghanéenne Ama Ata Aidoo. Ce segment sélectionné critique l’exploitation coloniale et postcoloniale de l’Afrique par les pays occidentaux.

La chanson Monsters You Made de Burna Boy (ft. Chris Martin) aborde des questions de marginalisation, d’injustice et d’oppression. Elle met en lumière les actions des gouvernements qui refusent de développer et d’élever certaines régions, entraînant de la colère, de la frustration et un sentiment d’être traité comme des monstres. La chanson sert de cri pour la justice et l’égalité, et appelle à agir pour briser le cycle d’iniquité. Elle évoque également le thème du colonialisme et met en avant l’héritage de violence et d’inégalité laissé par celui-ci, tout en encourageant à surmonter ces défis.

Qui est Ama Ata Aidoo ?

Ama Ata Aidoo était une éminente écrivaine ghanéenne, politicienne et militante féministe. Elle a été reconnue mondialement pour son travail littéraire, qui a été traduit dans de nombreuses langues. Ama Ata Aidoo est aussi reconnue pour son rôle influent dans les mouvements antidiscrimination.

Christina Ama Ata Aidoo voit le jour en 1942 (le 23 mars) à Abeadzi Kyiakor, un village près de Saltpond au Ghana. La jeune Christina passe ses années d’enfance sous l’influence d’une culture mixte entre éducation occidentale et conscience profonde pour les traditions africaines. Après des études secondaires à la Wesley Girls High School à Cope Coast, elle s’inscrit à l’université du Ghana en 1964. 

La musique et la littérature, deux formes d'art distinctes, se fondent harmonieusement dans Monsters You Made, une chanson où Burna Boy, l'icône de la musique nigériane, rend hommage à Ama Ata Aidoo, la voix légendaire de la… Cliquez pour tweeter

Dans la foulée, elle édite sa première pièce de théâtre, « The Dilemma of a Ghost » qui lui vaut une reconnaissance précoce. C’est l’aube d’une immense carrière principalement marquée par la lutte contre les stéréotypes féminins dans un monde en mutation. En effet, Aidoo utilise ses travaux comme tribune pour dénoncer et appeler à la revalorisation du rôle de la femme dans la société. Son roman intitulé « Changes : A Love Story » de 1991 illustre parfaitement cet état des choses. Au cours de sa carrière, ses travaux lui valent plusieurs distinctions, à l’instar du Prix Commonwealth du meilleur livre (Afrique) en 1992, entre autres.

Aidoo a également été une pionnière dans la promotion du féminisme et des droits des femmes. Elle a fondé la Mbaasem Foundation à Accra, une organisation qui soutient les femmes écrivains. Elle a exploré dans ses œuvres la condition des femmes, remettant en question les stéréotypes de genre et mettant en lumière les défis auxquels les femmes sont confrontées dans la société africaine.

Tout comme Aidoo a utilisé sa plume pour défier les normes et inspirer le changement, Burna Boy utilise sa musique pour des fins similaires, comme le démontre son titre Monsters You Made.

Ama Ata Aidoo : Son Influence sur « Monsters You Made » de Burna Boy

Ama Ata Aidoo est décédée à l’âge de 81 ans, laissant un héritage durable en tant qu’auteure engagée et militante pour l’égalité des sexes.

Ses œuvres, en explorant des thèmes tels que le féminisme, le post-colonialisme et l’identité africaine, ont ouvert la voie à de nouvelles perspectives dans la littérature africaine, influençant des générations d’écrivains et d’artistes, y compris des musiciens contemporains comme Burna Boy.

En août 2020, le chanteur nigérian à succès Burna Boy dévoile son chef-d’œuvre musical « Twice As Tall ». C’est un album de 15 titres aux sonorités différentes qui voyagent à travers plusieurs thématiques. Dans son 12ᵉ titre Monsters You Made, le chanteur partage sa douleur et dénonce l’impact de la colonisation au Nigéria et en Afrique. Pour soutenir son action, le chanteur reprend un extrait du célèbre entretien de la romancière Ama Ata Aidoo : 

Depuis que nous avons rencontré votre peuple, nous avons tout donné, en échange de ça nous n’avons rien.

– Ama Ata Aidoo –

L’Activisme musical de Burna Boy

Au-delà de l’aspect musical, le titre Monsters You Made de Burna Boy est une œuvre d’activisme social. Le chanteur profite de sa célébrité, tout comme Ama Ata Aidoo, pour dénoncer les abus perpétrés contre les Africains par l’impérialisme occidental. Conçue pour un public jeune et parfois inaccessible ou incompris, la musique urbaine et populaire est probablement le canal le plus efficace pour susciter l’intérêt et éveiller les consciences.   

Il n’est pas rare de voir des auteurs collaborer avec des chanteurs célèbres pour défendre une cause sociale. Dans son titre Flawless paru en 2014, Beyoncé fait appel à la romancière nigériane Chimamanda Adichie et son fameux extrait du texte We should all be feminists.

À travers Monsters You Made, Burna Boy ne se contente pas de créer une œuvre musicale ; il prolonge l’héritage d’Aidoo, en portant sa voix et ses idées à une nouvelle génération.

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site web.

Vous pourriez aussi aimer

À propos

Afrolivresque LogoL’Afrique au creux des lettres

 

Liens utiles

Newsletter

À la une