Pour sa première édition, le Grand prix de la littérature togolaise connaît un lauréat pas comme les autres. Il s’agit de l’homme d’église, Mgr Nicodème Anani Barrigah-Benissan, Archevêque de Lomé. Le prix lui a été remis le samedi 24 octobre dernier en la présence du ministre de la culture et du tourisme, Dr Kossi Gbényo Lamadokou, lors de la cérémonie de la remise des prix aux lauréats du Fonds d’aide à la culture (FAC) lancé depuis 2013 par le gouvernement togolais. Le Togo célèbre ainsi la culture en décernant le prestigieux prix à l’homme d’église pour sa pièce de théâtre intitulée Le trône royal.

Recevez l'InfoLivresque

Toute l'actualité littéraire africaine du net directement dans votre boîte mail

I agree to have my personal information transfered to MailChimp ( more information )

Pas de spams. Vos informations restent confidentielles.

Enfance, parcours scolaire et carrière ecclésiastique de Mgr Yves Nicodème Anani Barrigah-Benissan

Nicodème Anani Barrigah-Benissan voit le jour à Ouagadougou au Burkina Faso le 19 mai 1963 et se fait baptiser quelques jours plus tard. Originaire de Nyékonakpoè, une ville au Togo, il retourne dans sa terre natale en 1972 avec toute sa famille pour faire ses études primaires et son petit séminaire. Quelques années plus tard, le jeune homme poursuit des études de philosophie et de théologie à Ouidah au Bénin.

La carrière ecclésiastique de Mgr Barrigah-Benissan commence avec son ordination à la cathédrale Notre-Dame-De-La-Trinité d’Atakpamé le 08 août 1987. De 1997 à mars 2008, il assume un rôle important au service diplomatique du Saint-Siège et remplit des missions au Rwanda, au Salvador, en Côte d’Ivoire et en Israël. La carrière du prélat connaît par la suite deux temps forts. Le 9 mars 2008, il devient évêque d’Atakpamé et le 23 novembre 2019, il succède à Denis Komivi Amuzu-Dzakpah comme Archevêque de Lomé.

Dans sa mission, il œuvre pour la paix et promeut l’amitié sociale afin de générer un idéal commun et le développement du pays. Parallèlement à sa carrière épiscopale, Mgr Nicodème Barrigah-Benissan dédie sa vie à l’écriture de chants religieux et de plusieurs ouvrages. Il est l’auteur d’une centaine de chants et de nombreuses œuvres dont la plus marquante est la pièce de théâtre Le trône royal.

L’art est une manière d’être, de sentir, de vivre. Il s’agit d’une prédisposition que l’on découvre et cultive patiemment.- Mgr Nicodème Barrigah-Bénissan Cliquez pour tweeter

Le trône royal, Grand Prix de la littérature togolaise

Cette pièce de théâtre de 58 pages a fasciné tous les membres du jury par la structuration de ses textes, la communication entre les personnages et la thématique abordée. Ce chef-d’œuvre littéraire, paru en 1993 aux Nouvelles Éditions Africaines au Togo (NEA) et réédité aux éditions Saint Augustin Afrique en 2019, traite de la gouvernance dans les communautés locales. Le prélat utilise sa pièce de théâtre comme tribune pour aborder des sujets importants et sensibles de la sous-région Afrique sub-saharienne.

Dans une interview accordée au site africa.la-croix, il précise que:

L’art est une manière d’être, de sentir, de vivre. Il s’agit d’une prédisposition que l’on découvre et cultive patiemment. Le but de l’art n’est pas d’abord de produire des œuvres commerciales mais de transmettre ce que l’on ressent ou saisit de la vie. L’art exprime une réalité intérieure.

La victoire de Mgr Nicodème BARRIGAH-BENISSAN au Grand prix de la littérature togolaise vient ainsi couronner une vie entière dédiée à la promotion de la culture et de la paix. 

La rédaction

Laisser un commentaire