Le 4 décembre 2020, les dirigeants de l’université Joseph Ki-Zerbo (UJKZ) au Burkina Faso décidaient d’immortaliser la mémoire de l’homme qui a inspiré le nom de l’établissement. Une statue à son effigie a été installée au cœur même de l’enceinte du bâtiment. Cet hommage s’inscrit dans le cadre de la réhabilitation de l’œuvre de l’historien et de son impact dans l’histoire du Burkina. 

Recevez l'InfoLivresque

Toute l'actualité littéraire africaine du net directement dans votre boîte mail

I agree to have my personal information transfered to MailChimp ( more information )

Pas de spams. Vos informations restent confidentielles.

1. Qui était le professeur Joseph Ki-Zerbo ?

Joseph Ki-ZerboJoseph Ki-Zerbo pousse ses premiers cris le 21 juin 1922, au Burkina Faso à Toma. Il obtient son baccalauréat à Bamako (Mali) et une bourse pour étudier l’Histoire à la Sorbonne. Ki-Zerbo soutient ensuite sa thèse de doctorat et devient dans les années 50 professeur agrégé d’Histoire. Le jeune enseignant s’installe à Dakar en 1957 où il y poursuit sa carrière d’enseignant et intègre la vie politique. Il crée ensuite le Mouvement de Libération Nationale (MLN) et utilise alors sa plume pour exprimer ses idées sociales et politiques.

Son œuvre publiée en 1972 intitulée Histoire de l’Afrique en est la parfaite illustration. C’est un livre de référence sur l’Histoire africaine qui s’oppose à la thèse courante d’une Afrique sans Histoire et sans culture. Joseph Ki-Zerbo rentre au Burkina en 1992 après son exil et fonde en 1993 le Parti pour la Démocratie et le Progrès (PDP). Ses actions et ses travaux lui valent plusieurs récompenses notamment le Prix Nobel Alternatif en 1997 et la Médaille d’argent d’Avicennes de l’UNESCO en 1999.

2. L’impact de la statue érigée en hommage à Joseph Ki-Zerbo

La statue représente le célèbre historien vêtu d’un boubou et d’un bonnet, le regard tourné vers le sud. Il est debout et tient contre lui son livre Éduquer ou périr. « Cette illustration traduit l’engagement de l’homme politique en faveur de l’éducation, de la science, du développement et de la culture », affirme le président de l’université. La fille de l’historien a remercié la communauté universitaire pour cette réalisation qu’elle qualifie de “souvenir tangible pour les générations présentes et futures”.

Cette staute est une représentation forte du combattant pour la place de l’Afrique dans l’Histoire universelle et pour le développement endogène. La famille de l’historien a remis des archives constituées de 4 939 ouvrages et documents du professeur pour soutenir la communauté scientifique de l’UJKZ. Elle apporte aussi un appui financier pour la réalisation de deux thèses de doctorat en lien avec les travaux du professeur.

Cette action des autorités de l’université Joseph Ki-Zerbo s’inscrit dans le cadre de la promotion des personnages marquants de l’Histoire du Burkina Faso. Après Thomas Sankara et Joseph Ki-Zerbo, à qui le tour ?

La rédaction

Laisser un commentaire