La parole aux négresses - Awa Thiam - Éditions Saaraba

« Une saison blanche et sèche » adaptation du roman du Sud-Africain André Brink

par Chrystelle Ngoulou
Offrir un verre à Afrolivresque
Montage photo de la réalisatrice Euzhan Palcy ainsi que l'afficha de son film Une saison blanche et sèche

Dans l’Afrique du Sud de l’apartheid, Ben DuToit, professeur d’histoire et d’origine anglaise mène une vie paisible avec sa femme et son jeune fils loin des ghettos de Soweto. Comme tout blanc de la classe moyenne, ses employés sont noirs. Il s’est lié d’amitié avec l’un d’entre eux, le jardinier Gordon.

L’univers idyllique de Ben DuToit bascule lorsque Jonathan, le fils de Gordon, est assassiné dans une prison après une arrestation lors de la révolte des enfants de Soweto.

La révolte intérieure de Ben DuToit contre l’injustice de l’apartheid s’opère définitivement lorsque Gordon, parti à la recherche de son fils disparu, est également torturé et assassiné par une brigade spéciale. Ben DuToit se lance donc dans un combat pour la justice, au prix de son couple et de ses amis.

Couverture du roman Une saison blanche et sèche d'André Brink

Un film de Euzhan Palcy sorti en Etats-Unis – 1989
Genre : Drame
Public : Tout public

Le film « Une saison blanche et sèche » adapté du roman de l’auteur sud-africain André Brink a été tourné en Afrique du Sud traite de la question de l’Apartheid et met en scène de grandes stars du cinéma telles que Marlon Brando, Donald Sutherland, Susan Sarandon et Michael Gambon. Marlon Brando sera nominé pour l’Academy Award du meilleur acteur dans un second rôle et il reçoit le Prix du Meilleur acteur au Festival du Film de Tokyo.

Née en 1958, la réalisatrice martiniquaise Euzhan Palcy fut la première réalisatrice noire produite par un studio de Hollywood. Compte tenu de la situation politique de l’Afrique du Sud à l’époque, l’ensemble du tournage fut réalisé en incognito. Elle insista pour que les habitants de Soweto du roman soient interprétés par des autochtones, et non par des acteurs afro-américains comme il était coutume de faire. Palcy recevra, pour l’importance et la qualité cinématographique de son travail, le prix Orson Welles.

Bissap, tisane ou café ?

Soutenez Afrolivresque

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site web.

Vous pourriez aussi aimer

À propos

Afrolivresque LogoL’Afrique au creux des lettres

 

Liens utiles

Newsletter