21 classiques africains que vous devez avoir lus avant vos 21 ans

par Patricia Nya Njaounga
2,8K Vues Offrir un verre à Afrolivresque
21 classiques africains que vous devez avoir lus avant vos 21 ans

Les débuts de la littérature africaine sont essentiellement ponctués par la tradition orale. Ce n’est qu’à partir des années 50 que ce que nous connaissons aujourd’hui comme classiques de la littérature africaine commencent à émerger. Les années 70 quant à elles correspondent ensuite à l’émergence d’une littérature lourde de désillusions face aux dictatures des régimes post-coloniaux.

Cette liste de classiques africains veut faire un panorama des écrits de nombreux auteurs ayant incarné les différentes périodes de la littérature africaine. En effet, ils ont été les précurseurs ou les fondateurs de courants et mouvements de pensées les plus importants.

Romans, poésie, pièces de théâtre ou recueils historiques, la littérature africaine est riche de nombreux ouvrages de référence. Ces livres brillent aussi bien par les thèmes abordés que par leurs styles. Afrolivresque a sélectionné pour vous 21 de ces classiques de la littérature africaine que tout jeune devrait absolument avoir lus avant de quitter le cocon familial, avant d’atteindre la majorité légale, avant l’âge de 21 ans!

 

21 – Allah n’est pas obligé – Ahmadou Kourouma

Éditeur : Points

ISBN : 2298050260

Résumé : Kalachnikov en bandoulière, Birahima tue des gens pour gagner sa vie. Pas plus haut que le stick d’un officier, cet enfant-soldat du Liberia raconte. L’errance, la guerre, les pillages, les massacres, les copains qui tombent sous les balles… Témoin lucide et fataliste, il nous offre l’image terrifiante d’une Afrique qui sacrifie ses enfants.

Né en 1927 en Côte d’Ivoire et mort à Lyon en 2003, Ahmadou Kourouma est l’un des écrivains les plus importants du continent africain. Ses quatre livres sont disponibles chez Points.

Le prix Jean-Giono 2000 lui a été attribué pour l’ensemble de son œuvre. Prix Goncourt des lycéens 2000. Prix Amerigo Vespucci 2000

 

20-  Peau noire, masques blancs – Franz Fanon

Éditeur : Points

ISBN : 2757841688

Résumé : Peau noire, masques blancs

La décolonisation faite, cet essai de compréhension du rapport Noir-Blanc a gardé toute sa valeur prophétique : car le racisme, malgré les horreurs dont il a affligé le monde, reste un problème d’avenir. Il est ici abordé et combattu de front, avec toutes les ressources des sciences de l’homme et avec la passion de celui qui allait devenir un maître à penser pour beaucoup d’intellectuels du tiers monde.

Frantz Fanon (1925-1961) – Né à Fort-de-France, il s’engage dans les Forces française libre en 1943, puis étudie la médecine, la philosophie et la psychologie à Lyon. Il devient médecin-chef de l’hôpital psychiatrique de Blida, mais il est expulsé d’Algérie en 1957 et s’installe à Tunis où il reste lié avec les dirigeants du GPRA. Il meurt d’une leucémie après avoir publié deux autres ouvrages consacrés à la révolution algérienne et à la décolonisation.

 

19- Amkoullel l’enfant peul – Amadou Hampâté Ba

Éditeur : J’AI LU

ISBN : 229030641X

Résumé : Amkoullel, tel est le surnom que porte le jeune Hampâté Bâ quand, au début du XXe siècle, il s’initie aux traditions familiales séculaires. Fréquentant l’école française en même temps que la coranique, courant la savane alors que des proches partent pour une guerre que l’on dit mondiale mais qui les concerne si peu, à l’écoute des maîtres de la parole, il s’apprête à devenir l’un des derniers grands dépositaires d’une civilisation orale en pleine mutation.À la fois roman d’aventures, tableau de moeurs et fresque historique, ces Mémoires restituent dans une langue savoureuse et limpide toutes les richesses, les couleurs et la vie du grand récit oral africain. « Quand un vieillard meurt, c’est une bibliothèque qui brûle. »

 

 

18- Batouala – René Maran

Éditeur : Magnard

ISBN : 221075450X

Résumé : Le grand chef Batouala ne peut plus dormir comme avant dans la quiétude de la haute brousse. Qu’est-ce qui l’empêche de rejoindre « le doux feu intérieur du sommeil » ? Sa paresse est troublée par un souci majeur : pourquoi la rumeur répète-t-elle que l’homme blanc accable l’homme noir et le traite moins bien que son chien ? Pourra-t-il encore vivre heureux au bord du grand fleuve Nioubangui ?

« Batouala » est le premier roman « nègre » écrit par un « nègre ». Son auteur, un fonctionnaire antillais du ministère des Colonies, soulève, en cette année 1921, un vent de scandale, mais reçoit pourtant, cette même année, le prix Goncourt. La lecture de ce roman et de son impérative préface permettra aux élèves de comprendre le contexte dans lequel ont pu naître une telle oeuvre et un tel paradoxe. Elle leur permettra aussi de découvrir un des premiers textes de la « négritude », mouvement littéraire et artistique du XXe siècle, qui entraîna l’émergence d’une culture noire et de sa conscience.

 

17- Et Dieu seul sait comment je dors –Alain Mabanckou

Éditeur : Présence Africaine

ISBN : 2708707191

Résumé : Un Antillais, Auguste-Victor, natif de Saint-Sauveur, est hanté par un passé ténébreux, par l’image permanente d’un enfant qui pleure dans un berceau et par une femme aux « traits indous », aux « longs cheveux ondoyants », au regard de nymphe, cette femme qui est la seule éclaircie de son existence, cette femme qui lui fit même oublier l’ingratitude de son physique. Et puis, il y a Makabana, le vieil Africain, bossu, personnage solitaire, énigmatique et curieux, échoué en Guadeloupe, à Vieux-Habitants, depuis un demi-siècle. Il croise pour la première fois Auguste-Victor, l’étrange homme toujours habillé en blanc les dimanches. A partir de ce jour-là, il ne dormira plus… Le nouveau format de poche de ce roman d’Alain Mabanckou est publié aux Éditions Présence Africaine en 2001.

 

16-  La saison de l’ombre – Léonora Miano

Éditeur : Points

ISBN : 2266248774

Résumé : « Si leurs fils ne sont jamais retrouvés, si le ngambi ne révèle pas ce qui leur est arrivé, on ne racontera pas le chagrin de ces mères. La communauté oubliera les dix jeunes initiés, les deux hommes d’âge mûr, évaporés dans l’air au cours du grand incendie. Du feu lui-même, on ne dira plus rien. Qui goûte le souvenir des défaites ? »

Nous sommes en Afrique sub-saharienne, quelque part à l’intérieur des terres, dans le clan Mulungo. Les fils aînés ont disparu, leurs mères sont regroupées à l’écart. Quel malheur vient de s’abattre sur le village ? Où sont les garçons ? Au cours d’une quête initiatique et périlleuse, les émissaire du clan, le chef Mukano, et trois mères courageuses, vont comprendre que leurs voisins, les BWele, les ont capturés et vendus aux étrangers venus du Nord par les eaux.

Dans ce roman puissant, Léonora Miano revient sur la traite négrière pour faire entendre la voix de celles et ceux à qui elle a volé un être cher. L’histoire de l’Afrique sub-saharienne s’y drape dans une prose magnifique et mystérieuse, imprégnée du mysticisme, de croyances, et de « l’obligation d’inventer pour survivre. »

 

15-  La Petite Fille du réverbère – Calixthe Beyala

Éditeur : J’ai lu

ISBN : 2290053295

Résumé : À travers le récit de la petite Tapoussière élevée par sa grand-mère en l’absence de sa mère, disparue, et de son père, inconnu, Calixthe Beyala revient au plus près de ses racines. Force d’imprécation, tendresse, lyrisme, mais aussi colère et humour, La petite fille du réverbère dévoile les secrets d’un héritage – celui d’une enfance misérable dont l’auteur n’a jamais pu guérir.

Paru aux Éditions Albin Michel, ce roman a été élu Grand Prix du roman de l’Académie française et reçoit en 1998 le Grand prix littéraire d’Afrique noire – qui est le Grand prix de l’Unicef-.

 

 

14- Fureurs et cris de femmes –Angèle Rawiri

Éditeur : L’Harmattan

ISBN : 2-7384-0250-X

Résumé : Emilienne et Joseph s’aiment à  l’étranger où ils poursuivent leurs études. Une fois rentrés au pays, ces deux jeunes gens décident de rencontrer les parents de l’un et de l’autre. Mais, la mère de Joseph s’oppose à cette union parce qu’Emilienne est une étrangère, une femme d’une autre langue, d’un autre groupe socioculturel; il n’en demeure pas moins que la mère d’Emilienne  rejette le choix de sa fille d’épouser un homme du Nord. A ces oppositions il faut adjoindre le caractère volage de Joseph et la consolation d’Emilienne dans les bras de sa secrétaire Dominique.

Ce roman classique gabonais se déroule autour des situations à l’origine des frustrations, des infidélités  et de la stérilité.

 

13- Œuvre poétique – Léopold Sédar Senghor

Éditeur : POINTS

ISBN : 2757884077

Résumé :  « Masque noir masque rouge, vous masques
blanc-et-noir
Masques aux quatre points d’où souffle
l’Esprit
Je vous salue dans le silence ! »

Souvent symboliste, toujours musicale, la poésie de Léopold Sédar Senghor s’inspire des chants incantatoires dont les mots et les rythmes se lient à la pensée et au corps. Dans ce volume, est réunie l’intégralité de son œuvre : Chants d’ombre, Hosties noires, Éthiopiques, Nocturnes, Lettres d’hivernage, Élégies majeures, Poèmes perdus, ainsi que Dialogue sur la poésie francophone et un ensemble de poèmes divers. Homme politique de premier plan (il fut le premier président de la République du Sénégal), poète majeur et fervent défenseur de la culture africaine, Léopold Sédar Senghor (1906-2001) contribua avec Aimé Césaire au mouvement de la « négritude ». À la croisée des civilisations de l’Afrique et de l’Occident, il a défendu dans sa vie comme dans ses écrits, les valeurs du métissage et de l’universel. Son Œuvre poétique est aujourd’hui un classique de la littérature francophone.

 

12- Une vie de boy – Ferdinand Oyono

Éditeur : Pocket

ISBN : 2266169289

Résumé : Décrivant son Cameroun natal à travers les yeux d’un jeune garçon, Toundi, Ferdinand Oyono signe une œuvre satirique en se jouant de la perception infantilisante des Blancs vis-à-vis des Noirs, dans le quotidien de la vie coloniale. D’inspiration largement autobiographique, l’histoire du jeune Toundi débute par le départ du logement familial pour rejoindre la Mission catholique Saint-Pierre de Dangan. Comme pour mieux placer le lecteur dans le schéma habituel, cet incipit se construit autour de la fuite d’un monde brutal et sauvage, incarné par un père violent, vers un monde rassurant et civilisé (l’Eglise). Mais au fil des pages, Oyono s’amuse à déconstruire cette vision sainte pour nous présenter un univers colonial oppressant (même si la vie y est décrite comme douce). Le père Gilbert qui l’accueille est visiblement un Homme bienveillant, généreux, que l’enfant admire et révère. Mais il perpétue les rapports inégalitaires et en fait son boy. La mort du missionnaire et le départ vers la « Résidence », la ville des Blancs plongera définitivement le garçon, que l’on appelle Joseph depuis son passage chez les Catholiques, dans un rapport de soumission vis-à-vis de l’administration coloniale.

Ce roman a connu plusieurs rééditions dont la toute dernière est celle de la maison d’édition Edicef effectuée en 2013 et parue dans la collection « Litterafrique : lecture suivie et dirigée ». Une vie de Boy est aussi adapté au théâtre par différents acteurs et comédiens camerounais.

 

11- Le pagne noir – Bernard Dadié

Éditeur : Présence Africaine

ISBN : 2708700251

Résumé : Les textes de cet ouvrage manifestent la rencontre heureuse d’un écrivain avec son monde, cette Afrique du pays baoulé recréée à travers le merveilleux de la fable, l’ironique bestiaire de la tradition, la gaîté d’un savoir ancien et la tendresse d’une longue mémoire. Les 16 contes provenant de la Côte d’Ivoire ancestrale ont été publiés de nouveau par les Éditions Présence Africaine en 2001.

 

 

 

 

 

10- Le Fils d’Agatha Moudio – Francis Bebey

Éditeur : Présence Africaine

ISBN : 2708700251

Résumé : Le Fils d’Agatha Moudio se présente comme le roman d’un monde en décomposition, d’un monde pris entre deux civilisations. L’ambiguïté qui s’y dégage et devient envahissante montre la difficile assimilation qui découle du contact de deux cultures diamétralement opposées. Que ce soit au niveau de la structure du roman ou au niveau des thèmes qui y sont développés, que ce soit même au niveau des actions des personnages, on se rend compte que Francis Bebey, en choisissant l’ambiguïté comme mode d’écriture, a voulu inscrire son roman dans une dimension réaliste. Le faisant, il est resté fidèle à la fonction assignée à l’écrivain, à savoir sa fonction sociale.

Ce roman de Francis Bebey a été traduit en anglais, allemand et polonais.

 

09- Les Bimanes – Séverin Cécile Abega

Éditeur : EDICEF

ISBN : 2753102651

Résumé : Faire rentrer la littérature africaine dans les classes.

C’est un monde pittoresque et plein d’humour qui se dévoile, pour mieux dénoncer les inégalités et l’absurdité de la société des Bimanes. Ceux qui ont deux mains.

A travers sept nouvelles, Séverin Cécile Abéga évoque aussi bien le milieu des pauvres gens que celui des nantis qui les oppriment.

 

 

 

08- Trois prétendants… Un mari – Guillaume Oyônô-Mbia

Éditeur : L’Harmattan

ISBN : 2723500357

Résumé : Trois prétendants… un mari (1960) est la première pièce de théâtre du Camerounais Guillaume Oyônô Mbia. Dans un pays où le système de la dot semble pousser les jeunes au travail et encourager les vieux à la paresse, il est intéressant de voir sur scène les implications de cette pratique. Cette pièce a remporté un énorme succès partout où elle a été jouée et a reçu le prix El Hadj Ahmadou Ahidjo en 1970.

 

 

 

 

07- Les Contes d’Amadou Koumba – Birago Diop

Éditeur : Présence Africaine

ISBN : 2708700537

Résumé : Les Contes d’Amadou Koumba est une collection de contes venant de la tradition orale sénégalaise. Ce livre est une des premières tentatives de mettre en écriture les contes oraux des griots Wolofs.

 

 

 

 

 

 

06- Une si longue lettre – Mariama Bâ

Éditeur : Litos

ISBN : 2385060396

Résumé : Ce roman épistolaire de Mariama Bâ est assurément l’un des plus grands classiques de la littérature africaine. Il rassemble les lettres échangées entre Ramatoulaye Fall, la narratrice et sa meilleure amie Aïssatou Bâ. Ramatoulaye vient de perdre son mari Modou. Il est mort, loin de sa femme qu’il a épousée malgré le désaccord de sa famille qui voit ce mariage, entre personnes de clans différents, comme une insulte à la tradition. Aïssatou a également épousé un homme moderne.

Mais à l’instar son amie, le désespoir s’invite dans son existence. Son mari finit par céder à sa mère qui lui demande de prendre une seconde épouse imposée par la famille. Le long de leurs lettres, plus que le récit de leurs vies qui sombrent dans la morosité, c’est une lutte acharnée entre modernité et tradition que nous présentent les deux femmes. Le livre de Mariama Bâ se distingue comme l’un des tout premiers romans engagés écrits par une femme africaine, le tout dans un style dont la fraicheur défie les époques.

Il a aussi été traduit en Anglais sous le titre « So long a letter » et a été réédité en 2001, à Paris par les Éditions Serpent à plumes.

 

05- Ville cruelle – EZA Boto

Éditeur : Présence Africaine

ISBN : 2708702629

Résumé : Ville Cruelle d’Eza Boto est un roman très critique sur la période coloniale. Le livre raconte l’histoire de Banda, un garçon uniquement élevé par sa mère à Tanga Nord, après la mort de son père. Il désire se marier pour réaliser la dernière volonté de sa mère presque mourante. Mais il n’a pas assez d’argent pour la dot de sa fiancée. Il décide alors de se rendre à Tanga Sud, la zone commerciale de la ville, entièrement contrôlée par les colons, pour vendre du cacao en ville. Entre bastonnades, vols, brimades et exploitation, le jeune home sera très rapidement confronté aux réalités violentes de l’administration coloniale. Véritable satyre du passé colonial africain, ce livre est passé à la postérité, en majeure partie, pour sa description imagée des atrocités de la période coloniale. L’œuvre comprend 223 pages dont 13 chapitres divisés en trois grandes parties.

Le livre reçoit le Prix Sainte-Benice en 1958 et est édité en 1954 par les Éditions Présence Africaine. De son vrai nom, Alexandre Biyidi Awala, l’auteur de « ville cruelle » écrit sous les pseudonymes d’ Eza Boto ou Mongo Beti.

 

04- Cahier d’un retour au pays natal – Aimé Césaire

Éditeur : Présence Africaine

ISBN : 2708704206

Résumé : Cahier d’un retour au pays natal, sorti en 1939, est la première œuvre poétique publiée par Aimé Césaire. Elle est l’acte de naissance d’un des plus grands poètes francophones du vingtième siècle, elle comporte pour la première fois l’emploi poétique du terme négritude autour duquel se cristallise un nouveau mouvement littéraire et politique composés d’artistes et intellectuels noirs et fait preuve d’anticolonialisme radical. C’est donc une œuvre majeure dans lequel art, histoire et politique ne peuvent être dissociés.

Ce roman a été traduit en plusieurs langues dont l’allemand, l’espagnol, l’anglais et le catalan. Il existe une édition bilingue par Brentano’s publiée en 1947. Cahier d’un retour au pays natal a été réédité plusieurs fois.

 

03- L’aventure ambiguë – Cheikh Hamidou Kane

Éditeur : Présence Africaine

ISBN : 2708704206

Résumé : Passant de l’enseignement coranique des Diallobé à l’université française, le jeune Samba Diallo doit affronter l’exil et les brèches identitaires. Son apprentissage, philosophique, éthique et spirituel, retrace l’itinéraire d’une Afrique métissée en quête d’elle-même. Où s’élève, flamboyante, la clameur d’un peuple en mal d’existence.

 » Cheikh Hamidou Kane, échappant à la donnée temporelle et politique de son sujet, l’angoisse d’être noir, débouche sur une réflexion qui nous concerne tous : l’angoisse d’être homme. «  Jacques Chevrier, Le Monde

 

 

02- Tout s’effondre – Chinua Achebe

Éditeur : Babel

ISBN : 2330070403

Résumé : Dans le village ibo d’Umuofia, Okonkwo est un homme dont la puissance et le courage sont vantés par tous, dont la voix est écoutée. Rejeton d’un père lâche et paresseux, il doit à lui seul ce qu’il est aujourd’hui : un fermier prospère qui veille sur ses trois épouses et sur ses huit enfants, un sage guerrier jouissant de la confiance des anciens.

Son monde repose sur un équilibre cohérent de règles et de peurs, de rituels et de traditions. Okonkwo habite ce monde, l’accepte et le maîtrise, il en est même l’un des garants. Ce qu’il ignore, c’est que l’extérieur s’apprête à violer une réalité qu’il croyait immuable : les missionnaires d’abord, les colons britanniques ensuite vont bientôt bouleverser irrémédiablement l’existence de tout son peuple.

Tragique roman à la langue limpide, fable cruelle retraçant la destinée d’un homme fier qui ne plie pas, «Tout s’effondre» rend hommage à l’Afrique précoloniale à l’aube de sa décomposition. “Tant que les lions n’auront pas leurs propres historiens, l’histoire de la chasse glorifiera toujours le chasseur”, dit un proverbe africain que Chinua Achebe aimait à citer. Avec ce roman magistral, il devenait l’un des premiers lions du continent à prendre la plume.

 

01- L’enfant Noir – Camara Laye

Éditeur : Présence Africaine

ISBN : 2708704206

Résumé : Véritable classique, le roman de Camara Laye traverse les époques et ne prend pas une ride. Publié en 1953, cet ouvrage est considéré comme « l’un des textes fondateurs de la littérature africaine contemporaine ». Il s’agit d’une autobiographie racontant la vie de l’auteur, de ses 5 ans à son départ pour étudier en Europe. La particularité de ce livre réside dans le fait qu’il présente une Afrique qui, bien que colonisée, ne semble pas en souffrir outre mesure. Cela donnera lieu à de nombreux débats entre les auteurs de l’époque. En dehors de cette polémique, le style de Camara Laye fait l’unanimité. Le livre reçoit le prix Charles Veillon en 1954 et inspire un film éponyme en 1995. C’est un roman pré-indépendance qui occulte le colon.

Ce roman d’inspiration autobiographique est étudié dans les lycées, collèges et universités d’Afrique. Il existe un format Jeunesse destiné aux enfants de 08 à 12 ans publié aux Éditions Pocket Jeunes pour réveiller en eux la passion de la littérature africaine.

 

Cette sélection de 21 classiques africains est un florilège d’ouvrages d’exception. Nombreux n’y figurent pas, c’est dire la richesse des littératures africaines.

Avoir lu tous ces classiques africains avant 21 ans? Une innommable richesse!

 

 

Bissap, tisane ou café ?

Soutenez Afrolivresque

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site web.

Vous pourriez aussi aimer

À propos

Afrolivresque LogoL’Afrique au creux des lettres

 

Liens utiles

Newsletter