L’expression “femmes de lettres” est une expression qui se popularise au cours des XVIIe et XVIIIe siècles. On parle de femmes de lettres pour des femmes cultivées, qui écrivent, organisent des manifestations littéraires, s’engagent et conceptualisent la pensée féministe. C’est dans ce sillon que s’inscrit l’association « Femme de lettres congolaises », en abrégé FELCO, dont le lancement a eu lieu le 23 octobre dernier à Kinshasa. 

Recevez l'InfoLivresque

Toute l'actualité littéraire africaine du net directement dans votre boîte mail

I agree to have my personal information transfered to MailChimp ( more information )

Pas de spams. Vos informations restent confidentielles.

Les femmes congolaises au centre des préoccupations et dans toutes leurs diversités

L’association “Femmes de lettres congolaises” regroupe en son sein des femmes de lettres congolaises toute génération confondue: écrivaines, poétesses, dramaturges, conteuses, rappeuses, slameuses, philosophes, juristes, journalistes, érudits, professeurs et libres penseuses. Présidée par Yolande Elebe, conseillère en charge de la culture et arts du gouvernement de Kinshasa, cette association a pour objectif de promouvoir les œuvres des femmes de lettres congolaises, d’aider les femmes de lettres à éditer leurs œuvres, à les vulgariser, à intégrer les réseaux des femmes de lettres africains et internationaux, et à militer pour l’introduction des œuvres littéraires des membres du FELCO dans la programmation scolaire. 

Une association “Femmes de lettres congolaises” qui inclut toutes les formes artistiques

L’association s’implique dans tous les domaines d’activités et surtout dans celui de la pensée. Elle intervient notamment dans la musique, l’écriture et l’humour, et organise des spectacles au cours desquels les femmes montent sur scène pour lire et interpréter leurs propres textes ou musiques en mettant en lumière les injustices auxquelles femmes congolaises sont confrontées. Les sujets tels que les violences conjugales, les abus sexuels, la résilience, l’héritage, etc. y sont thématisés.

Les objectifs de l’association “Femmes de lettres congolaises” étant en cohérence avec la vision de la première dame congolaise, à savoir la promotion de l’accès de la jeune fille à l’éducation et à la santé, la lutte contre les violences basées sur le genre et l’autonomisation de la femme congolaise, cette dernière a honoré de sa présence  le spectacle « Femme pose des mots sur tes silences » organisé le 23 octobre dernier pour le lancement de l’association.

De tout temps, les associations de femmes de lettres ont contribué à la pensée et à l’avancée des droits des femmes. Cliquez pour tweeter

Les membres du bureau exécutif du FELCO

Le bureau actuel de l’Association des femmes de lettres congolaises est composé de six femmes dont la présidente, Yolande Elebe Ma Ndembo (écrivaine), la vice-présidente Nadège Bope (animatrice et chargée de la communication au sein du cercle des leaders juvéniles pour la promotion et la protection sociale), la secrétaire générale Fédorah Bikay ( militante de l’ONG congolaise Congo Green Citizen), la secrétaire générale adjointe Soraya Odia (militante littéraire congolaise) et les conseillères Lakubu Laetitia (écrivaine),  Ange Kasongo (journaliste et écrivaine) et Diane Bajika (écrivaine). 

De tout temps, les associations de femmes de lettres ont contribué à la pensée et à l’avancée des droits des femmes. Encore très peu mises en lumière, les femmes de lettres ont intérêt à regrouper leurs forces et à mieux s’organiser pour faire porter leur voix encore plus loin. Cette nouvelle initiative congolaise est certainement une inspiration pour d’autres pays africains et un enrichissement au débat intellectuel et artistique congolais et africain.

La rédaction

Laisser un commentaire