Vous entendrez certainement parler d’elle très prochainement, si ce n’est bien sûr pas déjà le cas. Après la camerounaise Imbolo Mbue et la ghanéenne Yaa Gyasi, Faridah Àbíké-Íyímídé, puisqu’il s’agit d’elle, rentre dans le club des auteures africaines à signer un contrat d’édition d’un million de dollars pour un premier roman Ace of Spades.

Recevez l'InfoLivresque

Toute l'actualité littéraire africaine du net directement dans votre boîte mail

I agree to have my personal information transfered to MailChimp ( more information )

Pas de spams. Vos informations restent confidentielles.

Une opportunité inespérée dans un moment de grande solitude

Faridah Àbíké-Íyímídé est une toute jeune étudiante nigériane de 21 ans vivant à Londres. Elle décroche d’abord un premier contrat avec Usborne, une maison d’édition britannique qui l’accompagne dans la rédaction de son roman qu’elle achève en 2018. Ce dernier est ensuite envoyé aux États-Unis où la maison d’édition américaine MacMillan décide d’en racheter les droits pour cette somme spectaculaire d’un million de dollars.

Un succès que la jeune étudiante n’attendait pas forcément d’autant plus qu’à cette période, elle était fauchée et se sentait très seule. Elle était également consciente du peu de soutien dont bénéficient les auteurs noirs en devenir et n’avait donc pas grand espoir de réaliser un jour son rêve. Elle qui, de son propre aveu, a toujours voulu devenir romancière, ne s’attendait pas à une telle reconnaissance.

Après Imbolo Mbue et Yaa Gyasi, Faridah Àbíké-Íyímídé rejoint le club des auteures africaines à un contrat d'édition à 1 million de dollars Cliquez pour tweeter

Un contrat d’édition à un million de dollars pour un thriller “Young adult”

Ace of Spades est un « young adult » thriller dont l’intrigue se déroule dans une élitiste école privée. Les héros, jeunes étudiants issus de la minorité noire, tentent de découvrir qui répand de fausses rumeurs à leur sujet dans cet univers où ils ne se sentent pas toujours à leur place.

L’auteure y explore les difficultés rencontrées par les jeunes issus des minorités lorsqu’ils accèdent à ce type d’institution. Elle y développe des thèmes chers à elle tels que le racisme institutionnalisé et l’homophobie au sein de la communauté noire.

Ace of Spades est un roman bien ancré dans son époque. Becky Walker, la rédactrice en chef d’Usborne, l’a comparé à un mix entre le film “Get Out” et la série “Gossip Girl”.  Ce qui n’a rien de surprenant dans la mesure où la jeune Farida se dit être une inconditionnelle de la série. On ne peut en revanche que s’incliner devant l’intelligence avec laquelle elle a su tirer profit de cette passion.

 

Faridah Àbíké-Íyímídé: Une étudiante à l’imagination débordante

À la lecture du résumé du roman, on perçoit à quel point l’auteure s’identifie à ses personnages. Dans une interview accordée au magazine britannique The Guardian, Faridah Àbíké-Íyímídé décrit une enfance tout à fait ordinaire passée dans une banlieue au sud de Londres où se côtoient nombre de minorités appartenant à la classe ouvrière.

Elle décrit ensuite son expérience à l’université à Aberdeen, solitaire, car peu portée sur les distractions et autres beuveries chères à beaucoup d’étudiants. Elle se réfugie ainsi dans l’écriture et entame la rédaction de son premier roman Ace of Spades.

Faridah Àbíké-Íyímídé a bénéficié du soutien sans faille de MacMillan dans cette belle aventure qui ne fait que commencer pour elle. Elle aura, et nous avec, le plaisir de voir son roman publié en 2021 au mois de juin.

La rédaction

Laisser un commentaire