C’était en octobre 2014 lors de la foire de Francfort que nous vous l’annoncions : des enchères sur les droits d’auteurs pour la région d’Amérique du nord d’une romancière camerounaise, jusque-là inconnue du monde littéraire, avaient été levées jusqu’au montant d’un minimum d’1 million de dollars par l’agent de la célèbre maison d’édition américaine Random House, Susan Golomb, pour le premier roman d’ Imbolo Mbue, « The Longings of Jende Jonga ». Une somme record pour un auteur n’ayant jamais été publié, auteure de surcroit africaine. Notons que les cachets les plus élevés pour les premiers romans sont habituellement de l’ordre de 100 mille dollars.

Les passionnés de lecture, blogueurs et journalistes, y compris Afrolivresque, se sont alors lancés dans une chasse au trésor afin de découvrir qui était cette perle rare que tous les grands du monde de l’édition souhaitent avoir dans leurs catalogues. Mais la tâche s’est avérée difficile, vue que Imbolo Mbue n’était présente nulle part sur internet, sur aucun réseau social ou sur un blog. Personne ne pouvait mettre un visage sur ce nom et le mystère autour de sa personne rendait la recherche encore plus intéressante, bien qu’en 2014, le magazine « The Threepenny Review » publia sa nouvelle intitulée « Emke ». Les lecteurs ont pu ainsi découvrir quelques mots de la mystérieuse dame.

Cette incroyable « succes story » a connu un tournant majeur lorsque le « Hollywood Reporter » a annoncé en mai dernier que le département Tri Star de Sony, aurait acquis les droits audiovisuels du roman.

Roman cover Imbolo Mbue

Cette semaine, le « Wall street Journal » a enfin dévoilé le visage de nouvelle star mondiale de la littérature. L’attente en valait la peine. C’est le visage d’une femme éblouissante, que l’œil aguerri du photographe Kiriko Sano a pu capter et nous offrir. Le port de tête altier, le regard curieux comme tourné vers l’avenir, la crinière de lionne aux cheveux naturels, Imbolo Mbue ne laisse certainement pas indifférent et est fin prête pour nous présenter son roman tant attendu « Behold the Dreamers ».

Le titre « The Longings of Jende Jonga » a été modifié par l’éditeur qui a estimé que le titre « Behold the Dreamers » serait mieux adapté au roman. Sa sortie prévue pour le 15 mars 2016 a été reportée au 23 août de la même année, mais il est déjà en précommande sur Amazon et chez Barnes & Noble.

Au-delà du titre, la couverture du roman tant attendu invite avec subtilité le futur lecteur à rentrer dans l’univers du livre, sans toutefois dévoiler son intrigue dès le premier regard. Quand on s’y penche avec un peu plus d’attention, on remarque que les polices d’écriture utilisées, tant pour le titre que pour le nom de l’auteure, rappellent des grafittis écrits à la main sans recherche particulière d’esthétique, comme ceux que l’on voit sur les murs des grandes villes occidentales, où l’accent est mis sur le contenu et non sur l’esthétique, et qui, dans la plupart des cas, expriment une opinion politique. L’on devine aussi sans ambiguïté que la scène se passe à New York, avec les représentations de monuments connus tels que la Statue de la liberté ou l’Empire State Building, le tout sur un fond de mosaïques multicolores qui pourraient peut-être symboliser la rencontre de personnages issus de mondes différents (?). Nous le découvrirons certainement dans le roman.

De quoi est -il donc question dans ce roman ? Les prémices de l’histoire ont déjà été révélées par Random House sur son site internet . Seule la version en anglais est disponible pour l’instant.

« Behold the Dreamers » raconte la vie de Jende Jonga, un camerounais vivant à Harlem avec son épouse Neni, et leur fils de 6 ans. Jende Jonga est le chauffeur de Clark Edwards, un manager de la banque Lehman Brothers. Leurs vies prendront des chemins inattendus suite à la crise financière de 2007.

Jende Jonga, a Cameroonian immigrant living in Harlem, has come to the United States to provide a better life for himself, his wife, Neni, and their six-year-old son. In the fall of 2007, Jende can hardly believe his luck when he lands a job as a chauffeur for Clark Edwards, a senior executive at Lehman Brothers. Clark demands punctuality, discretion, and loyalty—and Jende is eager to please. Clark’s wife, Cindy, even offers Neni temporary work at their summer home in the Hamptons. With these opportunities, Jende and Neni can at last gain a foothold in America and imagine a brighter future.

However, the world of great power and privilege conceals troubling secrets, and soon Jende and Neni notice cracks in their employers’ facades.

Then the financial world is rocked by the collapse of Lehman Brothers. Desperate to keep Jende’s job, which grows more tenuous by the day, the Jongas try to protect the Edwardses from certain truths, even as their own marriage threatens to fall apart. As all four lives are dramatically upended, Jende and Neni are forced to make an impossible choice.

La sortie de « Behold the Dreamers » est très attendue dans le milieu littéraire international et tout le monde voudrait découvrir ce livre pour savoir si le deal en valait la peine. Afrolivresque a tout aussi hâte de le lire et vous tiendra bien sûr au courant de son actualité.

À propos D’ Imbolo Mbue :

Imbolo Mbue est originaire de Limbe, au Cameroun. Elle est titulaire d’un Bachelor of Science de l’Université Rutgers et d’une maîtrise de l’Université de Columbia. Elle réside depuis une dizaine d’années à New York avec son mari et ses enfants.

Crédit photo Kiriko Sano

Recevez l'InfoLivresque

Toute l'actualité littéraire africaine du net directement dans votre boîte mail

Pas de spams. Vos informations restent confidentielles.

Donnez-nous votre opinion sur ce sujet

Laisser un commentaire