Plus de 20 écrivains Africains seront présents lors du festival “Crossing Borders” qui se déroulera du 6 au 9 novembre 2019 à Cologne en Allemagne dans le cadre de la célébration du 10e anniversaire de la série littéraire et éducative “Stimmen Afrikas”.

Une occasion pour les professionnels du livre et les lecteurs de débattre et d’échanger sur les différentes thématiques qui leurs seront proposées lors du festival crossing borders. 

Pendant 04 jours, les auteurs de 19 pays conviés présenteront leurs travaux sous forme de lectures, de performances, d’ateliers et de discussions au Kulturquartier am Neumarkt. Ils discuteront de multilinguisme, “de traductions littéraires et culturelles avec le public”, et plongeront les visiteurs dans l’art littéraire et narratif africain. Il sera également possible de découvrir la beauté à la fois touchante et colorée de l’art narratif africain.

festival crossing borders

Parmi les invités figurent l’éditrice nigériane et curateur du festival Bibi Bakare-Yusuf, l’écrivain et intellectuel Boubacar Boris Diop (Sénégal), Susan Kiguli (Ouganda),  Mukoma Wa Ngũgĩ (Kenya), Zukiswa Wanner (Zambie), Ebisse Rouw (Éthiopie), Sarah Ladipo Manyika(Nigeria) et beaucoup d’autres. 

 

Le festival Crossing Borders est un programme à la fois riche et varié

Une programmation résolument tournée vers la découverte de la littérature africaine. 

L’idée de ce festival est  de traverser les frontières linguistiques qui séparent bien trop souvent les individus. Cette année, les parrain et marraine de l’édition sont l’auteur Navid, Kermani écrivain et orientaliste allemand, et l’actrice Dennenesch Zoudé, actrice allemande d’origine Éthiopienne.

Les écrivains donneront vie à leurs langues et présenteront leurs points de vue poétiques, souvent profondément humains et humoristiques sur la vie humaine et la communauté. Les visiteurs du festival peuvent s’attendre à des oeuvres ludiques et intellectuelles dans des dimensions jusque là complètement négligées du multilinguisme et de la transculturalité.

 

 

Les ateliers interdisciplinaires et les tables rondes offriront l’occasion d’échanges professionnels, de rencontres avec des auteurs et des experts, de leurs contributions, de traductions et d’œuvres littéraires. Les « nomades culturels » (Nam June Paik), c’est-à-dire

“les artistes et les écrivains transfrontaliers, migrants et de la diaspora”, sont des enseignants idéaux pour des équilibres parfois contradictoires entre cultures et langues. Dans le cadre de l’année 2019 qui est consacrée à l’année internationale des langues autochtones,

“L’un des objectifs du festival est de  promouvoir l’appréciation de plus de 2000 langues africaines. Avec ces 180 nations et ses nombreuses langues, une traduction compétente revêt une importance socioculturelle. Il sera donc question de faire prendre conscience que La diversité des cultures et des langues est aussi fondamentale pour la paix sociale que la diversité de la flore et de la faune pour l’équilibre écologique. Ils créent également de nouvelles connaissances et un nouvel art pour la joie de tous”  

comme l’explique  Christa Morgenrath, initiatrice et directrice du projet « Stimmen Afrikas » (Voix d’Afrique) un forum constant de discussions sur la littérature, la culture et la politique en Afrique et en Europe.

 

 La Rédaction

 

Recevez l'InfoLivresque

Toute l'actualité littéraire africaine du net directement dans votre boîte mail

I agree to have my personal information transfered to MailChimp ( more information )

Pas de spams. Vos informations restent confidentielles.

Donnez-nous votre opinion sur ce sujet

Laisser un commentaire