Se lever le matin à une heure précise, choisir un vêtement parmi tant d’autres, choisir de prendre un chemin et pas un autre; tant de nombreux choix que nous faisons à longueur de journée, sans y penser longuement. Ces choix sont-ils guidés par le hasard ou alors sommes-nous des marionnettes de notre destinée?

Cette question, cette jeune Dame de 38 ans se l’est sûrement posée après l’étonnante découverte qu’elle venait de faire dans la bibliothèque municipale de Hambourg (Allemagne) en 2008. Sans le savoir, Jennifer Teege venait de découvrir le secret le mieux gardé de sa famille d’origine, un secret qui bouleversera sa vie.

Jennifer Teege est née en 1970 d’une brève aventure entre une jeune fille allemande et un jeune étudiant noir Nigérian. Elle fut placée à l’âge de 4 mois dans une famille d’accueil, puis adoptée à l’âge de 7ans. Toute petite, les seuls contacts qu’elle avait pu avoir avec sa famille d’origine se limitaient à quelques visites de sa mère et de sa grand-mère avant son adoption.
Jennifer Teege grandit dans une famille allemande et a eu une enfance plutôt normale malgré le racisme auquel elle est confrontée régulièrement. Dès l’âge de 20 ans, elle souffre de dépression répétitive et décide d’aller poursuivre ses études en Israel où elle apprendra l’hébreu et bien évidemment l’histoire des juifs liée au nazisme.
Jennifer Teege se marie et fonde une famille; malgré sa réussite professionnelle et ce bonheur familial apparent, les multiples phases de dépression ne s’estompent.

Ce fameux jour où elle se retrouve à tout hasard devant le rayon de Psychologie de cette bibliothèque à Hambourg, elle choisit un livre dont elle ne connait ni le sujet et ni l’auteur mais qui étrangement l’attire ; Ce jour-là, la vie de Jennifer Teege bascule.

Quelle ne fut pas sa surprise de reconnaitre un visage familier, celui de sa mère Monika Goeth, dans ce livre relatant l’histoire du tristement célèbre nazi sadique Amon Göth, commandant du camp de concentration de Plaszów à Krakau, “Le boucher de Plaszow” dans le film-documentaire “La liste de Schindler”. En effet Monika Goeth, la mère de Jennifer Teege, est la fille d’Amon Göth !!!

La vérité était donc là criarde, incroyable, difficile à digérer: elle, Jennifer Teege, femme noire est la petite fille d’un célèbre nazi, qui l’aurait sûrement tuée à cause de sa couleur de peau s’il l’avait rencontrée ! Que faire lorsqu’on a du sang noir qui coule dans ses veines et qu’une fois adulte l’on apprend que son grand-père était chef de camp de concentration en Pologne? Qu’il tuait ceux qui nous ressemblaient ?
Cette histoire douloureuse et incroyable, Jennifer Teege la raconte dans son livre publié en allemand sous le titre choc: «Amon. Mon grand-père m’aurait tuée» (traduction du titre original par Afrolivresque).
C’est une histoire passionnante qui, au-delà de la tragédie historique pose le problème de la culpabilité ou responsabilité génétique ; elle concerne également toute famille où règne le secret sur l’affiliation des enfants. «Amon. Mon grand-père m’aurait tuée» est un livre à lire absolument.

Recevez l'InfoLivresque

Toute l'actualité littéraire africaine du net directement dans votre boîte mail

Pas de spams. Vos informations restent confidentielles.

Donnez-nous votre opinion sur ce sujet

Laisser un commentaire