Depuis quelques années nous assistons à l’essor d’un nouveau genre de romans gratuits appelés de façon commune «Chroniques», écrits par de jeunes auteurs et mis en ligne sur les réseaux sociaux comme Facebook ou sur des blogs. De plus en plus de jeunes auteurs de toutes nationalités choisissent ainsi l’opportunité que leur offre internet pour présenter leurs oeuvres et se faire connaître du grand public.

Les jeunes écrivains africains sont très souvent méconnus à cause du manque de maison d’édition et de moyens de distribution sur le continent africain. Ils utilisent donc ces nouveaux moyens de communication faciles d’accès, se servant d’eux comme tremplin et surmontant ainsi le manque de lobby promouvant leurs oeuvres dans le monde entier. Certains auteurs ont petit à petit réussi à s’imposer et se faire remarquer par la qualité de leurs écrits ; ces nouvelles « stars » du net drainent chaque jour des milliers de lecteurs fidèles à travers le monde entier, chose qui dans l’édition classique du livre nécessiterait des mois de promotion. Les sujets traités dans ces chroniques sont divers et classiques. En grande partie ces chroniques relatent des histoires d’amour assaisonnées de quelques drames sociaux et sont présentées sous forme de courts chapitres illustrés de photos résumant l’action décrite. Les auteurs publient leurs nouvelles à un rythme bien précis; le plus souvent ce rythme est déterminé par l’engouement et les réactions des lecteurs. Ces derniers manifestent leurs impressions sous forme de commentaires émis sous le chapitre partagé. Les commentaires sont dans ce contexte très importants, car ils représentent “la récompense” de l’auteur.

C’est une véritable révolution de l’écriture qui prend ainsi forme. Les auteurs libérés de toute convention imposée généralement par l’édition du livre classique, n’hésitent pas à créer un vocabulaire et un style appropriés à la cible visée. La magie de ce nouveau style de production littéraire est l’interaction entre l’auteure et ses fans. C’est un véritable écosystème marqué par une symbiose entre auteure et fans, teintée d’un mélange d’amour, de passion et de dépendance réciproque; ici les fans donnent le ton, de nouveaux mots comme « suiter » (écrire la suite d’un histoire) se créent, il y a des codes que seuls les adeptes de la page comprennent. C’est un nouveau phénomène d’écriture qui mérite qu’on s’y penche car la parole est donnée au lecteur qui, sans langue de bois, donne son opinion sur le texte publié.

Afrolivresque est allé à la rencontre de l’une des étoiles montantes des chroniques sur Facebook, « Chro Chro » comme ses fidèles lecteurs l’ont baptisée. Chro Chro est une jeune camerounaise, dont personne ne sait le nom ni ne connaît le visage et est l’auteure d’une de ces chroniques à succès sur Facebok “ Chronique d’une rencontre dangereuse”. Cette Chronique compte à ce jour plus de 22000 fans actifs de tous les horizons, en majorité des lecteurs africains. Qui a dit que les africains ne lisaient pas?



 

C’est une jeune femme intelligente, belle et originale que nous rencontrons. Elle a gardé le même style qu’elle utilise dans ses chroniques: décalé, impertinent et pourtant si attachant.

Afrolivresque: Hello Chro Chro (comme t’appellent tes fans). Ou alors comment aimerais-tu être appelée?

Chro Chro: Ils m’appellent Chro Chro et ça me va bien…. J’aime les petits noms, donc si chacun pouvait m’appeler d’un joli petit nom de son choix ça serai encore mieux… rires!

Afrolivresque: Peux-tu te présenter en quelques mots? Qui se cache derrière « Chro Chro », l’auteure de la chronique à succès « Chronique d’une rencontre dangereuse » sur Facebook ?

Chro Chro: Une femme, une mère, une rêveuse, une employée, une chrétienne, une choriste, bref je partage les même joies, angoisses, espoirs que mes lecteurs. Je suis un peu chacun d’eux….

Afrolivresque: Comment a débuté ton aventure sur Facebook? Depuis quand écris-tu?

Chro Chro: Je revenais de mes congés, j’avais laissé une amie à moi assurer mon intérim et elle lisait des chroniques. Donc à mon retour, pendant la passation de service elle m’en a parlé et je lui ai dit: „Essayons ce défi, je vais commencer par ma propre histoire et je verrai ensuite comment ajouter…“ C’est comme ça que c’est parti, et ça fait un an et demi que l’aventure dure.

Afrolivresque: D’où te vient ton inspiration?

Chro Chro: Là je ne saurai vous le dire. Depuis toute petite, je pouvais fixer un point pendant des heures en m’imaginant tout un film; d’ailleurs mon boulot à la maison était d’essuyer les assiettes et de les ranger; chacune de ces assiettes avait un nom et toute une histoire. Je leur parlais, bref mon cerveau n’a jamais chômé en matière d’imagination.

Afrolivresque: Trouve-t-on un peu de ton vécu dans tes chroniques ou alors tout n’est que fiction?

Chro Chro: Ouiiiiii!!! Beaucoup… et pas seulement le mien, mais aussi celui d’une voisine, d’une collègue, de ma sœur, de ma famille, bref il y’a beaucoup de vécu et de vu dans mes histoires. Dans la première histoire par exemple, j’ai écrit plusieurs fois en mettant mon prénom à la place de l’héroïne, tellement l’héroïne me ressemblait…

Afrolivresque: Tes héroïnes ont généralement des caractères très attachants, simples et avec des personnalités très fortes. Te ressemblent-elles?

Chro Chro: Yeaaaahhh !!!! Oui Oui, elles me ressemblent assez dans certains aspects…

Afrolivresque: Certains trouvent tes chroniques un peu osées, surtout les parties décrivant les scènes d’amour d’une façon très détaillée et peu conventionnelle, bref un peu du style « porô » (porno). Est-ce dans le but de briser certains tabous ou alors est-ce juste une provocation?

Chro Chro: En fait je ne me suis pas posée la question avant…. Là c’est vraiment pour dire que je raconte tout, carte sur table. Si tu l’as remarqué, ce souci du détail concerne un peu tout ce que je décris, les lieux, les émotions, le sexe, les sentiments. En fait j’aime détailler ce que je conçois dans ma tête et c’est vrai que finalement ça peut sembler un peu poro poro…. Mince!!! J’écris du porno moi????!! Maaaama!!!

Afrolivresque: La liste de tes fans s’agrandit tous les jours, comment décrirais-tu « LE FAN »de la chronique?

Chro Chro: J’en ai de plusieurs âges, car Facebook me donne des statistiques; mais en moyenne : 27 ans, camerounais, femme, passionnée… Je ne sais pas pour les autres chroniques, mais mes fans sont vraiment passionnés, aimants, francs, généreux (car ils m’ont offert un laptop), coquins… et surtout amoureux de leur pays

Afrolivresque: Il y a quelques mois, tu as édité une de tes chroniques et débuté la vente d’objets pour tes fans. Peux-tu nous parler de cette expérience?

Chro Chro: Ouiii !!! Le titre du livre était : « Sous le ciel de Dschang », puis j’ai sorti des T-shirt aussi… J’y suis même encore car c’est ce qu’on portera à notre soirée rencontre. Les fans ont beaucoup réagi, et ils ont apprécié l’initiative. Ça a été difficile pour moi parce que j’ai écrit ce livre en trois jours. J’avais donné un délai pour l’anniversaire et il fallait assurer; entre gérer les commandes et tout et tout, c’était du boulot mais j’ai beaucoup aimé.


 

 

Pour les commandes contactez la chro en inbox sur  Facebook ou par mail à l’adressse Chroniquedunerencontredangereuse@yahoo.fr ou encore par téléphone au (+237) 690159311


Afrolivresque: Quelles sont les difficultés rencontrées pendant cette expérience? Et qu’en retiens-tu de positif?

Chro Chro: À propos de l’édition du livre: comme je me préfinançais ce n’était pas une grande quantité de livres qui devait être éditée, il fallait tout le temps courir chez l’Editeur, courir derrière le sérigraphe, les corrections n’ont pas été faites à cause du temps, certaines commandes n’ont pas pu arriver à destination par la poste. De positif je retiens que j’ai des fans qui seront toujours là pour moi et qui croient en moi. Dès qu’ils ont entendu que j’ai écrit un livre, ils ont couruuuuuuu, ils m’ont prouvé qu’ils peuvent m’accompagner dans des aventures plus grandes…

Afrolivresque: Cette expérience a été soldée par une longue absence de toi sur Facebook, revèleras-tu un jour à tes fans les raisons de ce silence?

Chrochro: Je ne sais pas, car j’ai traversé des moments tellement difficiles… Gars c’était chaud!!!!!!

Afrolivresque: Combien de ton temps investis-tu par semaine pour « suiter » (Publier la suite des histoires dans la chronique)?

Chro Chro: Environ 3 heures par suite… parfois même plus car je jongle entre le boulot et les suites.

Afrolivresque: Lis-tu tous les commentaires de tes fans? Combien de messages reçois-tu en moyenne par semaine?

Chro Chro: Je lis TOUS les commentaires, je rafraichis ma page tout le temps jusque tard dans la nuit et tôt le matin à mon réveil. C’est comme des suites pour moi et je ris des commentaires…. Par semaine j’en reçois environ 60.

Afrolivresque: Quel est le feedback que tes fans te donnent et qu’aimerais-tu leur dire?

Chrochro: J’aimerai leur dire merci…. Je suis vraiment partie de rien, sans expérience, sans précédent, je n’ai même pas fait la série A à l’école. J’ai fait un BAC C, mais ils m’ont fait comprendre que je pouvais. Ils me disent qu’ils adorent ce que je fais, que c’est très réaliste, que je leur donne envie de se battre, de croire en Dieu, que je leur réchauffe le cœur (pour ceux qui sont en Europe et partout à l’Etranger) et moi je me demande: „ C’est de moi dont ils parlent?????? „ Franchement MERCI à vous, Chrolichous et Chrolichouettes…. MERCI de croire en moi, JE VOUS AIME!!!

Afrolivresque: Envisages-tu un jour de dévoiler ta vraie identité à tes fans?

Chro Chro: Ouiii très bientôt d’ailleurs!!! Je le leur dois car je l’avais promis… Tu seras là????

Afrolivresque: (rires). Bien sûr qu’Afrolivresque sera là! Quels sont tes hobbys et quels sont tes livres préférés?

Chro Chro: Mes hobbys sont: le basket Ball, la danse, la musique (je suis un chantre). Mes auteurs préférés sont  Danielle Steel, Guy des cars, Agatha Christie. J’ai alors lu un tas d’Harlequin hein?! Je n’aimais pas la série blanche, mais les séries rouge passion étaient le cœur du ballot massa!

Afrolivresque: Que penses-tu des projets comme Afrolivresque qui ont pour but de promouvoir la littérature africaine sous toutes ses formes?

Chro Chro: Franchement je n’en connaissais pas l’existence mais dès que j’ai vu ça, je me suis dit : „Voilà le type de projet qui pourrait aider une débutante comme moi!!“, Et nous sommes nombreuses sur la toile à avoir besoin de ce genre d’initiative. C’est très inspiré et je dis merci aux promotrices de ce projet, l’Afrique vous remercie car à travers vous on a une chance d’émerger, de se faire connaitre, et de faire comprendre au monde entier que nous Africains ne sommes pas en reste… Mes encouragements!!

Afrolivresque: As-tu d’autres projets en cours?

Chro Chro: Oui je prépare la sortie d’un livre ainsi qu’une rencontre avec mes fans dans très bientôt (30 Juillet à Yaoundé et en Août à Douala). Ensuite j’aimerai sortir tout une série de livre genre Harlequin à la camerounaise, que ce soit un concept qui sorte à une fréquence bien déterminée et puis il y’a aussi l’édition numérique pour les mbenguiste qui m’intéresse … J’ai des projets là-dessus…Mais j’ai pleins d’autres que je dévoilerai au fur et à mesure…

Afrolivresque: Merci Chro Chro de nous avoir accordé du temps pour cet échange et de nous apporter la bomnme humeur chaque jour sur ta page. Nous te souhaitons beaucoup de succès pour tes projets et surtout de rester authentique tel que tu l’es.

Recevez l'InfoLivresque

Toute l'actualité littéraire africaine du net directement dans votre boîte mail

I agree to have my personal information transfered to MailChimp ( more information )

Pas de spams. Vos informations restent confidentielles.

Donnez-nous votre opinion sur ce sujet

Laisser un commentaire