Henri Lopes est né le 12 septembre 1937 au Congo Belge, d’un père colon et d’une mère « indigène », tous deux métis. Il a fait ses études secondaires et supérieures en France. Il y a tout d’abord suivi un parcours en Histoire et plus tard en Lettres. En 1965, il retourne au Congo devenu indépendant. Il deviendra successivement ministre de l’Éducation nationale, des Affaires étrangères, des Finances et Premier ministre. En 1982, il rejoint l’UNESCO à Paris où il devient directeur de la culture, et plus tard ambassadeur du Congo en France.

Figure majeure de la littérature africaine moderne, il a à son actif plusieurs romans, nouvelles et poèmes, dont Tribaliques (1971 aux éditions Clé à Yaoundé, Grand Prix Littéraire d’Afrique Noire en 1971), Ma grand-mère Bantoue et mes ancêtres les Gaulois (2003, Collection Continents Noirs, Gallimard). Il a reçu en 1993 le Grand Prix de la Francophonie de l’Académie française.

Publié en 2018 aux éditions JC Lattès, Il est déjà demain est un roman autobiographique de trois cent cinquante pages. L’auteur livre à son lecteur le témoignage des circonstances de son éducation, son parcours d’étudiant, et plus tard, d’homme politique et de père de famille. Il revient sur les contextes de son départ d’Afrique, sa découverte de la métropole, Paris. Puis il raconte son aventure dans l’univers politique du Congo.

Un sujet sur lequel il revient avec insistance et consistance tout le long de sa narration, est bien celui de son identité. Sous le signe du métissage et de l’errance est bâti son récit. Il décrit les réalités d’un métis dans une société qui veut tourner le dos à son passé et effacer toutes traces de colonisation dans ses rangs.

C’était au début de l’année 1968…On s’affairait à nettoyer les moindres recoins des poussières du colonialisme, on africanisait tous azimuts. Mais des Africains étaient mis à l’index, désignés comme des étrangers dont il fallait se défaire. Il s’agissait de congoliser, voire pour certains, de tribaliser. J’avais trente ans, j’étais directeur général de l’enseignement. Mon nom, ma peau claire me rendaient suspect. Je figurai sur une liste de hauts fonctionnaires « d’origine douteuse ».

Il est déjà demain passe en revue une bonne partie de l’Histoire de l’Afrique subsaharienne : la conquête du Congo par les Belges, la colonisation, la politique assimilationniste, le code de l’indigénat, les nouveaux dirigeants de l’Afrique indépendante et le vent de désillusion qui s’ensuivit, couronnés de crises et de coups d’État.

Henri Lopes parle de ses souvenirs d’enfance en Afrique, de sa maturité acquise de façon précoce et des aventures de sa mère qui l’ont conduit à la découverte du monde des blancs.

« Dans ce pays, les gens tenaient des propos aimables, convenus mais n’y mettaient pas le ton, ni les gestes, comme chez nous. Ils répugnaient à s’embrasser, à se toucher, à crier leur joie pour que les voisins les entendent que des membres de la famille étaient revenus. » P. 97

Ce roman est tellement rempli de personnages, de lieux et de faits historiques que l’on serait tenté de le classifier dans la catégorie des romans historiques. Des rives du fleuve Congo au bord de la Loire puis de la Seine en passant par des voyages à Nantes, au Congo Brazzaville, Léopoldville, la Chine, le Sénégal, l’Algérie, la Libye, la Russie, les Antilles, la Guadeloupe, le récit de l’auteur invite à un tour du monde. Assis sur sa chaise, le livre entre les mains, le lecteur a le loisir d’aller à la découverte de différents pays du globe avec leurs croyances et leurs cultures.

À l’âge de 12 ans l’auteur s’envole pour Nantes où il va devoir vivre dans un internat. Très tôt, il sera amené à se frotter à des personnages venant de divers pays d’Afrique et du monde. Ce parcours le conduira à la rencontre de sa femme qui malheureusement est déjà décédée. Il est déjà demain est jalonné d’une multitude de belles rencontres et met en scène une panoplie de personnages. Chaque personnage représente pour Henri Lopes une opportunité. Qu’il s’agisse des chefs d’État, des hommes de lettres ou encore des membres de sa famille, chacun de ces personnages a concouru à la construction du célèbre auteur qu’il est aujourd’hui et pour cela, il leur témoigne sa gratitude.

Il est déjà demain est écrit dans un langage convivial. Henri Lopes à travers sa tonalité tantôt affective tantôt stricte et formelle, balade le lecteur dans un univers qui l’a amené à avoir plusieurs casquettes en fonction du milieu dans lequel il se trouvait. On découvre là un homme de nature, calme, discret et réservé, qui a réussi à transformer ses rêves en réalité.

Par son témoignage, Henri Lopes montre que la pratique politique en Afrique demeure un mystère pour le public africain. Elle inspire la peur à tous ceux qui s’en approchent. La peur de la trahison, la peur de la remise en cause d’un pouvoir usurpé, la peur de la mort.

Dans son récit l’auteur notifie clairement le but de l’écriture de ce roman.

« Ce livre est précisément une tentative de réponse au flou de ma généalogie… Il le fallait pour mes enfants, pour mes petits-enfants qui veulent légitiment comprendre afin de savoir où et comment se situer. Il le fallait pour de nombreux compatriotes, d’une génération plus jeune que la mienne, qui veulent savoir ce que nous avons fait du pays, de notre vie, afin de ne pas répéter demain les mêmes bévues. » P. 502

Il est déjà demain est un voyage riche en découvertes et rempli de sagesse. Bien que le roman soit volumineux, il vaut vraiment le détour.

Par Rosine Dayo

Recevez l'InfoLivresque

Toute l'actualité littéraire africaine du net directement dans votre boîte mail

I agree to have my personal information transfered to MailChimp ( more information )

Pas de spams. Vos informations restent confidentielles.

Donnez-nous votre opinion sur ce sujet

Laisser un commentaire